Les waitress sont tristes

Morrison, un homme sans attache, erre de bar western en bar western. Dans une petite ville sans histoire, il fraternise avec des waitress qui trompent la tristesse de leur quotidien en répétant les gestes réconfortants d’une perpétuelle danse en ligne. Coincées dans leur routine immuable, les waitress se butent à la fuite de Morrison, incapable de demeurer en place malgré la solitude que lui impose sa vie nomade.

En résidence artistique depuis 2018, Michael Nimbley, acteur habitué de la compagnie (Mimi, Just fake it, AVALe, Abîmés), explore l’archétype du drifter en nous faisant visiter (et revisiter) un bar, une montagne, des histoires de chats en état d’ébriété, une peluche mécanique et l’hypnotique mouvement d’une electric slide qui semble ne jamais vouloir s’arrêter. À mi-chemin entre théâtre performatif, danse et musique, Les waitress sont tristes pose un regard tendre sur la solitude, la tristesse et les différentes impasses qui façonnent nos vies.

Texte collectif

Idéation et co-mise en scène Michael Nimbley
Co-mise en scène et scénographie Catherine Bourgeois
Interprétation Anna Atkinson, Stephie Boghen, Angie Cheng et Michael Nimbley
Collaboration au texte Pénélope Bourque
Conception des costumes Amy Keith
Conception sonore Alexander MacSween
Conception des éclairages Audrey-Anne Bouchard
Conseil dramaturgique Jesse Stong